Galaxie-Séries

Informations / discussions sur les séries télévisées

Derniers sujets

» Le pendu Séries Live [J.Live] [J.2]
par Alexandra Dim 16 Déc 2018 - 1:48

» Le jeu des lettres mélangées [J.Anim] [J.2]
par Alexandra Sam 15 Déc 2018 - 14:27

» Le décor du forum
par Neptunia Jeu 13 Déc 2018 - 0:33

» Le jeu de l'intrus [J.Anim] [J.8]
par Neptunia Mar 11 Déc 2018 - 11:43

» Secrets d'histoire [2007] [S.Doc]
par Neptunia Lun 10 Déc 2018 - 17:35

» Quizz sur les Séries TV
par Alexandra Lun 3 Déc 2018 - 15:39

» Stop ou encore - Version 2019
par Neptunia Sam 1 Déc 2018 - 16:36

» Stop ou encore - Version 2018
par Neptunia Sam 1 Déc 2018 - 16:36

» De quel dessin animé est tirée cette image ? [J.Anim] [J.4]
par Coventgarden Sam 1 Déc 2018 - 16:06

» Trois mots pour deviner une série [J.Live] [J.2]
par Coventgarden Jeu 29 Nov 2018 - 20:14

» Doctor Who [2005] [S.Live]
par Neptunia Ven 23 Nov 2018 - 13:57

» Quizz Spécial films d'animation Disney
par Kaya Ven 2 Nov 2018 - 19:44

» Timeless [2016] [S.Live]
par Kaya Jeu 1 Nov 2018 - 18:25

» Le jeu du changement [J.Vrac] [J.4]
par Alexandra Lun 29 Oct 2018 - 12:41

» Galerie des horreurs (ou les galères de Neptunia)
par Neptunia Lun 1 Oct 2018 - 10:44

» Les créations graphiques d'Alexandra
par Neptunia Dim 30 Sep 2018 - 18:53

» [ Poème ] Dumbo, l'éléphant volant [2017]
par Neptunia Ven 28 Sep 2018 - 19:11

» [ Poème ] Nostalgiques sans famille [2011]
par Neptunia Ven 28 Sep 2018 - 19:10

» 24 septembre - Maman, Pedro, Jessica … et les autres
par Neptunia Lun 24 Sep 2018 - 21:26

» 23 septembre - Jason, Bruno, Alyssa … et les autres
par Neptunia Dim 23 Sep 2018 - 11:37

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Arthur Rimbaud et Paul Verlaine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Message Message n° 1 Arthur Rimbaud et Paul Verlaine. le Mar 5 Juin 2018 - 21:25

Qui ne connait pas ce poète du 19ème et ses merveilleux poèmes. Au moins le "Dormeur du Val".
Ce que l'on sait moins c'est qu'Arthur poète maudit fit de la prison dans une cellule du zonzon Mazas. On l'aurait pris pour un espion prussien !

On ne connait pas moins Paul Verlaine partit bien trop tôt à l'âge de 51 ans . Poète tout autant maudit que Rimbaud qu'il rencontrera alors qu'il a 27 ans.
C'est alors un coup de foudre entre les deux personnages qui mèneront une vie amoureuse aussi houleuse que fougueuse. Un jour Verlaine blessera "son
 infernal époux" avec un révolver au cours d'une dispute et se retrouvera lui aussi au zonzon. Et oui les histoires d'amour finissent mal, en général!
Deux sacrés phénomènes mais deux génies de l'écriture poétique.

Alors pour le plaisir je vous livre ce sonnet de Rimbaud que j'aime beaucoup


LE BUFFET



C'est un large buffet sculpté ; le chêne sombre,
Très vieux, a pris cet air si bon des vieilles gens ;
Le buffet est ouvert, et verse dans son ombre
Comme un flot de vin vieux, des parfums engageants ;

Tout plein, c'est un fouillis de vieilles vieilleries,
De linges odorants et jaunes, de chiffons
De femmes ou d'enfants, de dentelles flétries,
De fichus de grand'mère où sont peints des griffons ;

- C'est là qu'on trouverait les médaillons, les mèches
De cheveux blancs ou blonds, les portraits, les fleurs sèches
Dont le parfum se mêle à des parfums de fruits.

- Ô buffet du vieux temps, tu sais bien des histoires,
Et tu voudrais conter tes contes, et tu bruis
Quand s'ouvrent lentement tes grandes portes noires.



Et celui-ci de Paul Verlaine que j'aime tout autant


Cauchemar


J'ai vu passer dans mon rêve
— Tel l'ouragan sur la grève, —
D'une main tenant un glaive
Et de l'autre un sablier,
Ce cavalier

Des ballades d'Allemagne
Qu'à travers ville et campagne,
Et du fleuve à la montagne,
Et des forêts au vallon,
Un étalon

Rouge-flamme et noir d'ébène,
Sans bride, ni mors, ni rêne,
Ni hop ! ni cravache, entraîne
Parmi des râlements sourds
Toujours ! toujours !

Un grand feutre à longue plume
Ombrait son oeil qui s'allume
Et s'éteint. Tel, dans la brume,
Éclate et meurt l'éclair bleu
D'une arme à feu.

Comme l'aile d'une orfraie
Qu'un subit orage effraie,
Par l'air que la neige raie,
Son manteau se soulevant
Claquait au vent,



Et montrait d'un air de gloire
Un torse d'ombre et d'ivoire,
Tandis que dans la nuit noire
Luisaient en des cris stridents
Trente-deux dents.
Voir le profil de l'utilisateur http://leboulevardesenigmes.com/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum